Interview de Gilbert Bertolini

 

 

P1270416

 

Pourquoi avez vous créé l’association des métiers d’art et des techniques ?


Gilbert Bertolini : "Le but est d’aider à développer l’artisanat. Aujourd’hui, les métiers d’art ont beaucoup de difficultés à affronter au quotidien. La France, comme tout autre pays, a adopté des techniques de mécanisation afin d'accelérer la production. Nous nous trouvons, aujourd'hui, que toute une corporation a disparue.

Ce qui a fait disparaître le travail accompli de la main de l'Homme.

 

 

Est-ce que, de nos jours, l’artisanat représente quelque chose d’important ?

 

G.B : "Oui, selon la Chambre des Métiers, l’artisanat est la première industrie de France. Le problème est que les artisans travaillent isolément et c’est pour cela qu’AMAT existe.  Il faut provoquer les rencontres et des échanges entre les artisans pour qu’ils puissent mieux gérer leurs problèmes."

 

Comment voyez vous l’avenir des métiers d’arts ?

 

G.B : "Cela dépendra : 

Déjà en fonction de la situation où il y a une forte concentration industrielle, il faut que les artisans se regroupent, s’unissent pour qu’ils puissent affronter cette situation. 

Cela ne se fait pas aujourd’hui parce que les artisans, comme toutes les industries, sont chapotés par le profit. Si on se penchait beaucoup plus dans la réflexion d’un travail donné et propre. Pour briser cette mentalité de ‘profit’, il faut socialiser les moyens de productions pour que ses artisans retombent dans le véritable esprit du métier." 

 

 

 

P1270653.JPG

               

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :